Bonne année !

La trêve des confiseurs est passée, les foies sont fatigués, les états grippaux font rage et la météo n’est pas très sereine…

Le temps semble cependant encore un peu suspendu, les vacances venant à peine de prendre fin.

Cette période des fêtes se révèle souvent fatigante pour nombre d’entre nous : il faut gérer les relations familiales, les cadeaux, les courses, les repas festifs, le solide et le liquide abondants,…

Je parle de et pour ceux qui ont la chance et le bonheur de connaître cela : chercher des idées de cadeaux, faire les courses, manger et boire au-delà de la modération.

Et pourtant, une année nouvelle, toute neuve, s’offre à nous. Une année à croquer, partager, savourer. Une année à aimer, à chérir, à apprécier à chaque instant qui passe puisqu’il est unique.

L’une de mes amies cite son père qui disait : « Si l’on ne meurt pas jeune, on est condamné à vieillir… » C’est tellement juste ! Alors, haut les coeurs ! A chaque année, chaque instant qui passe, vous vieillissez, nous vieillissons tous et c’est aussi une excellente nouvelle !!!

Vive le fait de vieillir, de grandir, de prendre chaque année un peu de maturité, d’expérience, de s’alléger de nombreux fardeaux, d’idées reçues, d’obligations, de postures,…

Tout est possible ! Et tout est permis si on se l’accorde, se l’autorise : changer de vie, de boulot, de maison, de ville, de compagnon ou de compagne…TOUT est vraiment possible, le pire comme le meilleur.

Cette année nous réserve son lot de surprises, plus ou moins agréables, mais aussi de douces habitudes à s’offrir et partager.

Se retrouver entre amis ou collègues, boire un café, papoter, arroser nos réussites et nos échecs , rire et pleurer ensemble si besoin, se consoler, s’entraider, se soutenir, s’écouter, se taire,…

Oui, cette année, nous vivrons tout cela et bien plus encore.

Le travail fait éminemment partie des bons souhaits que nous formulons pour les autres et pour soi-même. Pas d’excès, mais pas d’absence non plus. Parce qu’il conditionne encore et pour longtemps notre place et notre statut dans la société, notre vie sociale et notre niveau de revenus.

Ne demande-t-on pas spontanément à quelqu’un que l’on vient de rencontrer : « Que fais-tu dans la vie « ? S’entend, quel travail as-tu ? Car l’on peut « faire » 1000 autres choses que de travailler stricto sensu : du sport, du chant, de la danse, du bénévolat, le tour du monde, …

Je vous souhaite de beaux projets et la santé, physique et émotionnelle pour les réaliser.

Je vous souhaite d’être heureux de et dans ce que vous faites, parce que l’on fait mieux ce que l’on aime.

Je vous souhaite de gagner suffisamment d’argent pour que ce ne soit pas un problème.

Je vous souhaite, enfin, une année de respect, de l’autre, de vous-mêmes et de vos engagements.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants :

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>